La Renault Alpine revient

Pour clore l’année 2012, Renault n’a pas annoncé le lancement d’un nouveau modèle ou, ce qui aurait été une bonne surprise, des chiffres de vente à la hausse, mais la renaissance d’une marque mythique : Alpine. En effet, associé avec la société Caterham, productrice de la Seven, la nouvelle entité devrait proposer un nouveau véhicule sportif dans les prochaines années. Si le pari est réussi, il est certain que Renault pourrait en retirer les marrons du feu en tirant les ventes de ses berlines par le haut. Ne dit-on pas que l’on ne prête qu’aux riches !

 

Créée en 1955 par Jean Rédélé, concessionnaire Renault et Pilote de rallyes, Alpine est certainement l’une des plus emblématiques marques automobiles françaises. Devenue filiale de Renault en 1973 et disparue du devant de la scène en 1995, cette marque a fait rêver plus d’une génération d’amateurs de belles mécaniques avec des modèles comme les Alpine A110 ou A610 et la Renault 5 Alpine Turbo, pour ne citer qu’elles. Reste néanmoins qu’une Clio III RS de 2006, même si elle ne porte pas d’appellation Alpine, n’en conserve pas moins l’esprit sportif de Jean Rédélé.

Site historique

Et voici qu’en 2013, Renault fait revivre cette marque mythique au travers d’un partenariat avec le fabriquant anglais Caterham. Du coup, l’entreprise porte désormais le nom de « Société des Automobiles Alpine Caterham ». Si pour le moment on ne sait pas grand chose sur les projets de cette nouvelle société, il est en revanche sûr que les modèles produits en France seront fabriqués sur le site historique de Dieppe (76), dans l’usine Alpine qui emploie de l’ordre de 300 personnes et qui assemble aujourd’hui la plupart des modèles « Renault Sport » (RS) du groupe français. De son côté, Caterham est loin d’être un illustre inconnu des amateurs puisque c’est le constructeur actuel de la très « british » Lotus Seven créée par Colin Chapman en 1957. Petite anecdote au passage : si l’Alpine a vu le jour en 1955 et la Seven en 1957, Renault est devenu actionnaire d’Alpine en 1973 et, la même année, Caterham celui de Lotus. Les deux entités pourraient donc facilement chanter « Nous sommes deux sœurs jumelles… » !

Une petite idée

Mais pourquoi relancer cette marque ? C’est un peu la question que tout le monde se pose. Surtout que Renault n’est pas au mieux de sa forme au début de cette seconde décennie du troisième millénaire. Ne vaudrait-il pas mieux se concentrer sur sa marque principale ? Pas sûr, car un véhicule sportif peut tirer par le haut les ventes des modèles les plus courants, un peu comme à l’exemple des produits dérivés d’une équipe de football qui tient bonne place au classement. De plus, les ventes de voitures sportives sont en perpétuelle augmentation en Europe et dans le reste du Monde. Si Alpine Caterham tient son pari, la société pourrait proposer un ou plusieurs véhicules en mesure de concurrencer des sportives européennes à moindre coût. Pour le moment, aucun modèle n’a été présenté, mais certains spécialistes se sont fait une petite idée sur la question, vraie ou fausse.

Source d’inspiration

À quoi pourra donc ressembler cette nouvelle venue dans la gamme des sportives autour de 2017, année estimée de lancement du premier modèle Alpine Caterham ? Bien entendu, on évoque les lignes des célèbres Alpine A110 revisitées à la sauce actuelle. On parle aussi de la Lotus Elie qui pourrait être une autre source d’inspiration. Mais personne ne sait en fait ce qui se trouve dans les cartons des bureaux d’étude de Renault ou de Caterham, encore moins quelles sont les épures qui peuvent subsister de la marque d’origine Alpine. « Pas de déclaration prématurée » avait dit Carlos Ghosn, le Pd-g de Renault. En tout cas, le constructeur français et son allié anglais devraient certainement puiser dans l’existant mécanique et industriel pour proposer un véhicule qui ne devrait pas dépasser les 50 000€, certains annonçant même un tarif inférieur à 40 000€. Attendons la suite…

Add Comment